La Citadelle
Plans, Niveau 1,, Niveau 2,, Niveau 3,, Niveau 4,, Niveau 5,, Niveau -1..

La citadelle est la première construction en pierre de la baronnie. C’est le château massif érigé par Gauvain de Goth, qui a dépensé toute sa fortune pour édifier un tel ouvrage perdu au milieu de nulle part. Ses pierres taillées sont grises ou noires. Le château est entouré par un fossé profond qui s’étire au sein même de la cour intérieure de la place forte.

La citadelle sert de demeure et d’abris au baron, sa famille et sa cour. L’hospitalité est une coutume que les seigneurs d’Ulgubre ne transgressent pas. Un étranger est toujours une personne intéressante… Mais reste à savoir jusqu’où s’arrête l’intérêt du maître d’Ulgubre. Avec Conrad, il a tout lieu d’être limité, sauf s’il découvre un moyen de l’utiliser à ses fins… Les aventuriers seront donc accueillis et seront hébergés à la citadelle à moins qu’ils ne préfèrent loger à l’extérieur au risque de vexer leur hôte.

Au fil des descriptions des différentes salles de la forteresse d’Ulgubre sont présentés l’ensemble des personnages vivant dans ce lieu : les serviteurs, les courtisans, la famille seigneuriale, le baron et ses étranges acolytes… Les aventuriers seront amenés à rencontrer les uns ou les autres.

En voici la liste (non) exhaustive :
Ecuyers, cuisiniers et commis, serviteurs (valais, servantes, femmes de chambre), geôliers, dresseur, mercenaires, gardes…
Le régisseur Korgius (cf. 36), le clerc Mofdis (cf. 34), maître Zaratus (cf. 52), le capitaine Hugues (cf. 16), le scribe Loutians (cf. 28), le barde Jiarold (cf. 20), le bouffon Nitoubal (cf. 29), les courtisanes (cf. 45-47) : Siliane la brune aguicheuse, Navélia la petite rousse, Lorgane la discrète et Dréliane la sulfureuse, les prisonniers Adam et Bill (cf. 78).
Famille seigneuriale : le baron Conrad (cf. 55), sa femme la dame Thiberge (cf. 54), dame Béatrice (cf. 57), sir Geoffroy fils de Richard (cf. 58), sir Gerbert (cf. 35, frère cadet du baron Jean de Goth, il est l’oncle de Richard et de Conrad), demoiselle Adélaïde (cf. 35, fille de Gerbert et fiancée de Geoffroy).

Il y a deux types de soldats à la citadelle : ceux qu’on appelle les mercenaires (à voix basse : les brigands ou les soudards de Zaratus) et ceux qu’on nomme plus respectueusement les gardes de la citadelle.
Les mercenaires sont arrivés peu après la venue de maître Zaratus dans la baronnie, recrutés par les soins de ce dernier. Ses hommes sans scrupules et sans attaches, redoutés et haïs par la population, à l’instar des sbires de l’intendant de Sombreval, servent essentiellement à la collecte des impôts et à l’exercice d’actes de répression (exécutions, saisies…). Bref sous prétexte de servir le baron ils accomplissent les ordres de leur commanditaire, Zaratus. Pendant leur temps libre, ils ont tout loisir d’errer au sein de la place forte (à la taverne par exemple). Mais ils n’ont pas autorité sur les soldats de place pas plus que ces derniers n’en ont sur eux (cf. niveau -1 de la citadelle).
La garde de la citadelle constitue l’élite guerrière du baron. Ils n’obéissent qu’à ce dernier. Ils sont chargés de sa protection et de celle de la citadelle. A l’intérieur de cette dernière, ils commandent même aux mercenaires de Zaratus, pour le plus grand dépit de ces derniers qui comptent bien un jour le leur faire payer. Ils commandent aussi aux soldats de la place forte, mais ne le font qu’en cas de nécessité. La garde a ses quartiers au cœur même de la forteresse (cf. 17 au premier étage). Ses membres sont tous des vassaux du baron.



Citadelle
- vues d'ensemble (ci-dessus),

Plans des différents niveaux (ci-contre).

Niveau 1 (rez-de-chaussée)

1 Cour intérieure : l’entrée du château est accessible la journée comme pour celle de la place forte. La nuit le pont-levis qui permet de franchir le fossé est relevé et la herse baissée. Derrière s’étend une cour pavée de 10 sur 15 m, ceinturée par les hauts remparts crénelés du château. La journée un mercenaire se trouve généralement dans la cour à faire le planton.

2 Tour de gauche du pont-levis : Salle vide éclairée par une torchère. Des meurtrières donnent sur la cour intérieure et sur le pont-levis. Un escalier de pierre monte à l’étage (cf. 23). Derrière la porte située dans le renfoncement un second escalier descend au sous-sol (cf. 61). L’autre porte accède à une réserve contenant du charbon, du bois et des outils.

3 Tour de droite du pont-levis : Salle identique à 2. Mais de fortes odeurs d’animaux et d’excréments règnent ici. En effet la seconde pièce fermée par une grille cadenassée sert de chenille à la meute du baron. Les horribles aboiements et les grognements des molosses aux colliers à pointes métalliques accueilleront les visiteurs…

Chiens de guerre (6) : DV : 2+2, CA : 6, Att : 1, Dg : 2-8. Al : N, T : M, XP : 35+3/pv.

4 Ecuries de la citadelle : Il y a 4 chevaux de guerre moyens, un lourd, et un cheval de selle, ainsi que leur harnachement complet, des mangeoires, du foin, des bacs d’eau, ainsi qu’une barde de mailles pour la monture du baron (un étalon noir qui est le cheval de guerre lourd). Un râtelier supporte 5 lances de cavalier dont une +1 qui a le manche gravé et peint aux armes  des seigneurs de Goth : une larme d’or sur champ de sable (noir). Deux écuyers qui logent au sous-sol sont chargés de l’entretien des écuries et des chevaux.

5 Entrée du donjon : double porte renforcée de métal dont le sommet est arrondi pour épouser l’arche dont la clef de voûte est gravée de l’emblème de la baronnie : la larme d’or sur champ de sable. Derrière la porte s’étire un couloir éclairé par une torche. Les murs et sol sont de pierre taillée.

6 Salle de garde, réservée aux mercenaires et aux gardes du baron : deux tables de bois, des tabourets, des chopes et des pichets de vin. On joue ici aux cartes et aux dés. 3 à 5 soldats se trouvent généralement ici.

7 Grand hall : grandes dalles de pierre au sol, et des piliers noirs encadrant une allée centrale menant à une double porte de chêne. Quelques chaises sont disposées contre les murs. A l’opposé de la porte une fontaine représentant une sirène déverse une eau limpide dans un bassin. 4 torchères éclairent le hall, dont 2 de part et d’autre de la double porte. Le plafond culmine à 5 m de hauteur. Deux mercenaires sont en faction dans le hall la journée. On peut parfois rencontrer ici, assis sur une chaise, le vieux barde Jiarold jouant de son instrument (cf. 20).

8 Réserve/débarras (non éclairé) : cet endroit sert à l’entreposage d’ustensiles, de linges et de draps, d’outils et autres accessoires utilisés par les serviteurs (laquais et femmes de chambre).

9 Escalier : Derrière la porte un escalier de pierre éclairé par une torche monte à l’étage supérieur pour accéder aux quartiers de la garde. Ces marches sont fréquemment empruntées par les soldats et les serviteurs de la citadelle. Les autres ne les utilisent guère.

10 Escalier : Derrière la porte un escalier descend au sous-sol. Une simple bougie éclaire cette sombre pièce.

11 Salle : Sur la belle porte en bois de cette salle est inscrit le mot suivant : « Appartements ». Les soldats stationnés dans le grand hall (cf. 7) empêcheront certainement les aventuriers de franchir cette porte. Derrière celle-ci un grand tapis recouvre le sol. Une lumière éternelle posée sur une simple baguette fixée à la paroi éclaire la salle. Quelques tentures jaunes parent les murs. Un escalier en colimaçon monte à l’étage.

12 Cuisines de la citadelle : grande salle avec placards, tables de travail, ustensiles, marmites et chaudrons, broches, vaisselle, nourriture diverse (beaucoup de gibiers), épices, et tas de bois. Deux grands âtres servent à la cuisson, dont les foyers brûlent ou sont garnis de braises en permanence. Les deux petites pièces annexes contiennent encore de la vaisselle en grés (pour les servants) ou en étain (pour la cour), ainsi que des réserves de nourriture : viandes salées, céréales, légumes ou fruits frais ou séchés… Deux cuisiniers et quatre apprentis préparent les repas durant la journée, de l’aube au coucher du soleil…

13 Salle d’audience du baron : Le sol est recouvert d’un grand tapis, les murs de tentures noires ou jaunes. Des hallebardes sont fixées au mur de part et d’autre de la double porte s’ouvrant sur le hall. Au fond se dresse un fauteuil rembourré à large et haut dossier, celui du baron, avec à ses côtés quelques tabourets bas destinés à ses proches suivants. Les deux portes en face de l’âtre imposant mènent à la salle du banquet (cf. 14), tandis que celle du fond accède à un escalier de pierre en colimaçon vers l’étage supérieur. Des torchères et un vaillant feu de bois dans la cheminée éclairent cet endroit lorsque le baron s’y trouve pour son propre plaisir, donne audience à ses vassaux ou plus rarement reçoit des visiteurs. Il est alors accompagné par ses conseillers et encadré par deux gardes. S’il est de bonne humeur, on risque même d’y rencontrer le bouffon Nitoubal.

14 Salle du banquet : c’est ici que mangent ou festoient les habitants de la citadelle, à savoir le baron, sa famille et sa cour ainsi que ses invités. La garde y mange aussi, mais à des horaires différents. Là encore les murs sont parés de tentures noires et jaunes. Deux cheminées, plusieurs torchères, des tables larges et longues disposées en « U », recouvertes de nappes en tissu blanc, des chandeliers. A droite un passage permet l’allée et venue des serveurs des cuisines aux tables des convives.

 

Niveau 2 (premier étage)

15 Palier du premier étage : Derrière une porte un autre escalier permet d’accéder à l’extérieur en terrasse (cf. 38). Une torchère éclaire les pierres grises.

16 Chambre du capitaine de la garde, Hugues. Il n’obéit qu’aux ordres du baron. Lui et ses hommes sont dévoués à ce dernier et le serviront corps et âme, qu’il soit bon ou mauvais. La chambre comporte une petite cheminée, un lit avec sa table de chevet (lampe à huile et briquet posés dessus), un pot de chambre, un placard fermé à clef renfermant des vêtements, une épée longue, du matériel de toilette, et une bourse (33 po, 3 pe).

Capitaine Hugues : guerrier humain niv 4, Fo : 17, Co : 15, PV : 30, CA : 3 (cotte de mailles, bouclier grand +1), Att : épée large +1 (+2), Al : LN. Il porte un casque, une tunique noire à bandes d’or, et un surcot au blason des seigneurs de Goth.

17 Quartiers de la garde : couloir et succession de portes menant aux couches des gardes : lits, bougies, penderies, pots de chambre, effets personnels. Au total 8 soldats logent ici qui forment avec le capitaine Hugues la garde du baron. Parmi eux, le fils du fermier Caspier et les deux fils de l’aubergiste Albin de Sombreval.

Gardes (8) : humains guerriers niv 1, PV : 7 à 10 chacun, CA : 4 (cotte de mailles et petit bouclier), Att : épée longue ou autre (arc court, lance…), Al : LN. Ils portent un casque, une tunique noire à bandes d’or, et un surcot aux armes de la baronnie. 2-16 po  et 1-6 pe chacun.

18 Salle d’entraînement de la garde : Deux torchères, boucliers fixés aux murs. Des râteliers contiennent 16 javelots, 8 arcs courts et 8 carquois de 20 flèches, 3 haches d’armes, 4 bâtons de combat, 3 massues et 6 épées longues. Traces de coups sur les murs.

19 Galerie : Piliers noirs, tapis sur le sol, un brasero dégageant des senteurs boisées et quelques fumées, une torchère. Des trophées de chasse sont accrochées aux murs : 3 têtes de cerfs empaillées, 4 de chevreuils ; 2 de sanglier, et une de manticore.

20-21 Quartier du vieux barde Jiarold : petit salon avec tapis, tabouret, et une vieille commode sur laquelle sont posées deux flûtes. Dans un coin, une harpe et une mandoline. Sur une petite table : trois bougies, des bougeoirs et un briquet à amadou, un verre vide et une carafe. La chambre derrière le salon contient un lit simple, un placard avec des vêtements de trouvère, une table de chevet et une lampe à huile. Jiarold est âgé de 65 ans (HN). Avec Nitoubal le bouffon, ils sont les amuseurs de la cour du baron. Mais depuis la mort de Richard de Goth, l’exécution de la servante puis celle du paladin, il est maussade et mélancolique. Il ne joue plus que des airs tristes. Il haït maître Zaratus, lequel le trouve encombrant et l’insulte ouvertement. Sur Girfond : « Girfond qu’il s’appelait. Zaratus le regardait d’un drôle d’œil… »

22-23 Chemin de ronde et tours : la coursive longe les créneaux du mur s’enceinte (6 m de hauteur comme les murs de la place forte). Les portes sont généralement fermées à clef. Les tours sont percées de meurtrières. Le passage qui relie les deux tours est couvert, et percé de trous pour déverser projectiles (pierres et huile bouillante) sur des assaillants qui franchiraient le pont-levis. A l’intérieur des tours on trouve les mécanismes du pont-levis et de la herse (treuils et chaînes), mais aussi : torchères ou torches, des arbalètes lourdes accrochées au mur (3 dans chaque), des carquois et des carreaux lourds, des tas de pierre (projectiles), du bois, des tonnelets d’huile, un foyer et un chaudron (pour déverser de l’huile bouillante). Un râtelier contient 2 haches d’armes et 2 lances de fantassin. La journée 3 mercenaires sont en faction ici, la nuit deux (ce sont eux qui ouvrent et ferme le château).

24 Grand salon : grande cheminée, tapis et tapisseries, 4 sofas et 5 sièges rembourrés, des petits tabourets, un brûleur à encens, chandelier et lampes à huile, trois tables basses avec napperons. C’est un endroit de détente où les membres de la cour, de la famille ou les suivants du baron viennent discuter, jouer aux cartes, boire du vin ou une tisane.

25 Long couloir : pierres grises, deux torchères, et 6 portes en bois.

26 Palier : deux escaliers de pierre, l’un monte aux quartiers des invités et des courtisanes, l’autre descend à la salle d’audience du baron. Une torchère à la flamme vacillante (une étroite ouverture sur l’extérieur laisse passer un vent frais).

27  Débarras : diverses affaires sans intérêt.

28 Chambre du scribe Loutians : pièce sombre et froide, malgré l’âtre et le petit feu qui y crépite. Lit, petit tapis, table avec lampe, chaise, plumes et encre, liasse de parchemins, placard contenant vêtements sobres, nécessaire de toilette et pot de chambre, ainsi que 5 po dans un petit sac en cuir (la fortune du scribe). Loutians est un petit homme chauve et muet (il a eu la langue coupée par un orque), mais il est lettré. Accueilli au sein de la forteresse par Richard qui l’avait secouru et libéré des humanoïdes, il occupe depuis la fonction de scribe à la citadelle : il écrit les paroles qu’on lui dicte, recopie les textes. Il se ballade en permanence avec un lutrin portatif, un rouleau de parchemin glissé sous le bras, des plumes et un encrier. Loutians haït Conrad, Zaratus et Korgius qui l’accablent sans cesse de travail tandis qu’eux se prélassent dans l’oisiveté. S’il est convaincu des intentions des aventuriers, il leur glissera discrètement un petit mot : « La servante brûlée n’était pas une sorcière, la pauvresse n’était qu’un malheureux témoin. »

Loutians : HN, CA : 8 (Dx 16), PV : 3, Al : N. Il cache un couteau dans son pantalon.

29 Chambre du bouffon Nitoubal : Cette pièce est identique à celle du scribe Loutians, sauf que le placard renferme des vêtements de bouffon à clarines et breloques, aux couleurs vives et aux motifs criards, ainsi que des quilles et des balles de jonglage. Derrière tout cela il y a encore des vêtements plus sombres, une armure de cuir, une dague et un coffret de métal. Celui-ci est fermé à clef (Nitoubal la porte dissimulée sur lui avec la clef de sa chambre) mais il est aussi piégé par une aiguille empoisonnée (poison type B insinuatif) : il renferme des outils de voleur, 12 pp, 6 po et un jais noir, fruits de ses rapines. Nitoubal est l’amuseur de la cour, il chante, il jongle, fait l’acrobate, et il fait rire, bien souvent au détriment de son public dont il n’hésite pas à se moquer plus ou moins ouvertement. Plus discrètement il utilise aussi ses talents de voleur, mais il se méfie extrêmement de l’œil perçant de Zaratus. Il espère prochainement s’enfuir de la citadelle avec Lorgane son amie secrète qu’il rencontre quand il le peut la nuit (il n’est donc pas rare qu’il ne se trouve pas dans sa chambre la nuit).

Nitoubal, humain voleur niv 2, Dx : 18, Ch : 15, CA : 6, PV : 9, ambidextre, Al : N. Il détient 6 fléchettes et deux couteaux cachés dans ses vêtements de bouffon, qu’il garde en permanence pour un éventuel coup « dur ».

30 débarras.

31 Palier : tapis et tapisseries, torche et torchère, escaliers de pierre. A côté d’un fauteuil rembourré, un écusson fixé au mur est peint aux armes des seigneurs de Goth (larme d’or sur champ de sable). Sur la porte solide en bois est inscrit « bibliothèque ».

32 Bibliothèque, salle de travail et d’étude : plusieurs bibliothèques parent les murs, contenant livres et manuscrits sans véritable intérêt, principalement axés sur l’éducation et l’apprentissage. Deux tables de travail avec des sièges, de l’encre des plumes et des parchemins. Deux pupitres. Tapis sur le sol. Lampes à huile et brasero. Souvent le clerc Mofdis y donne des leçons à la demoiselle Adélaïde. Le passage secret qui s’actionne par le mouvement d’une bibliothèque n’est connu que de dame Béatrice, son fils, et le vieux Jiarold.

 

Niveau 3 (deuxième étage)

33 Palier du donjon : Escaliers de pierre qui montent et descendent. Torchère, tapis et tapisseries. Le passage secret (mur pivotant) n’est connu que du baron et du capitaine Hugues. Il s’actionne par la poussée d’un bloc de pierre sur la gauche de l’ouverture.

34 Quartiers du clerc Mofdis : La première salle a tout du lieu de culte. L’atmosphère est suffocante et embrumée en raison d’un brûleur à encens dégageant des effluves agressifs. Contre le mur du fond (à droite en entrant) une statue de taille humaine représente une noble dame au visage grave (Istus). A ses pieds un pot contient plusieurs blocs à encens, et un réceptacle à offrande rempli de fleurs porte l’inscription suivante : « Istus, dame de notre Destin. » A côté de la statue un petit autel de pierre recouvert d’une pièce de tissu noir orné de franges supporte un chandelier, un symbole maudit en argent et une aiguille d’or à trois fils. Un bénitier encastré dans le mur est rempli d’eau (de l’eau maudite). Devant la statue : un banc sur lequel est posé un chapelet, un tapis, un lutrin supportant un gros et vieux livre de cantiques et de prières adressées à la déesse. Deux flûtes en bois finement ciselées sont accrochées au mur entre les deux portes, au-dessus de deux chaises.

La deuxième salle est plus chaude, recouverte de tapis et de tapisseries. Elle comporte un lit, un pupitre avec de quoi écrire, un symbole en argent fixé à l’un des murs, siège rembourré, une table de chevet avec chapelet, lampe à huile, une bouteille et un verre de vin, un placard renfermant une robe sacerdotale, une toge, des sandales, un pot de chambre et un coffret fermé à clef (le trésor de Mofdis soit les deniers du culte … : 15 pp, 92 po, 32 pe et une fiole de guérison). Mofdis en possède la clef. Un râtelier supporte 3 bâtons de bois et une masse d’armes.

Mofdis, humain clerc niv 5 (parfait), Sg : 16, Fo : 16, PV : 31, CA : 5 (cotte de mailles), Att : masse d’armes +1, Al : NM, Sorts : 5 du niveau 1, 5 du niveau 2, 1 du niveau 3 + augure. Mofdis a l’air jeune et arrogant (bien qu’il ait en fait 50 ans) avec ses cheveux bruns mi-longs. Il est vêtu d’une robe sacerdotale noire à cordons, et porte un symbole en argent gravé d’une aiguille autour du cou, un torc en or (400 po), et un phylactère des longues années. Mofdis est le clerc en chef du culte d’Istus de la baronnie d’Ulgubre. Il est l’ami et le suivant du baron Conrad. Avec Zaratus, il est à l’origine du stratagème ayant abouti à l’élimination du seigneur Richard et du grand prêtre d’Istus Nélian (son prédécesseur). Mais désormais une étrange compétition s’est installée entre Zaratus et lui, chacun cherchant à obtenir en premier les faveurs du baron. Mofdis porte sur lui les clefs du coffret du placard et de la grille accédant au caveau familial (cf. 79). Il enseigne le dogme d’Istus à la demoiselle Adélaïde.

35 Quartier du sir Gerbert et de la demoiselle Adélaïde : Salon : divan, chaise, table basse avec chandeliers, corbeille à fruits, carafe de vin et verres, tapis et tapisseries, bibelots… La chambre du sir Gerbert est derrière la porte de gauche en entrant : beau lit à baldaquin, table de chevet avec carafe et lampe à huile, table de toilette avec glace et poudres, pot de chambre, placard avec penderie contenant de riches vêtements chapeau, bottes d’équitation, chaussures, épée longue et fourreau, cotte de mailles, bouclier, tunique noire à bandes jaunes aux armes de la baronnie… Agé de 60 ans sir Gerbert est le doyen de la famille de Goth. Il est le frère cadet du défunt baron Jean de Goth. Il est malade, et surtout accablé par les derniers évènements. Le comportement de Conrad est pour lui une honte pour sa famille. Il ne tolère guère plus la présence de Zaratus. Il se trouve souvent en compagnie de dame Béatrice. Gerbert est veuf, sa jeune femme étant morte en couches. Sa fille est la jolie demoiselle Adélaïde (17 ans, Ch : 16, beauté 15, Al : NB), qui est fiancée au sir Geoffroy. Adélaïde a peur. Elle craint Conrad, Zaratus, Korgius et leurs sbires… Mais elle ne se méfie pas du clerc Mofdis son professeur qui s’est bien gardé de lui dévoiler sa face obscure. Adélaïde est amoureuse de son fiancé Geoffroy. Elle voudrait s’enfuir avec lui. Elle estimait le sieur Girfond et se doute d’un complot à son encontre. Sa chambre se compose d’un lit à baldaquin, d’une commode avec glace, nécessaire de toilettes, maquillage, pot de chambre, placard et belles robes, des bijoux (boucles d’oreilles, bracelets, colliers, bagues…).

36 Quartiers du régisseur et intendant Korgius : tapis et tentures, lit et pot de chambre, bureau avec plumes, encre et parchemins (comptes, impôts, ordonnances, inventaires, salaires…), lampe à huile et chandelles, siège, penderie contenant des vêtements bourgeois, chapeau, bottes, chaussures. Coffre fermé à clef contenant des effets personnels ainsi que 50 pp dans un sac en cuir (sa fortune…).

Discret et renfermé, Korgius était auparavant un simple courtisan du baron Richard, plutôt méprisé. Ayant participé au complot ourdi par Conrad, Zaratus et Mofdis, il s’est retrouvé propulsé intendant et régisseur de la baronnie. Il est entièrement dévoué au baron Conrad auquel il doit toute sa fortune. Il commande les mercenaires enrôlés par Zaratus pour le compte de ce dernier, tient les comptes de la baronnie avec l’aide du scribe Loutians, lit les ordonnances et les sentences en place public, et procède à la collecte des impôts (à cheval, escorté par 5 mercenaires et une charrette…). Il reçoit les rapports de l’intendant Pirgés et du sergent Passepartout et donne les directives du baron à ces derniers.

Korgius, humain voleur niv 4 (cambrioleur), PV : 17, Dx : 17, CA : 4 (cuir +1), Att : épée longue et fourreau, dague +1 et fourreau, Al : NM, cape elfique, bourse : 10 pp, 7 po, bague montée d’une alexandrite (150 po).

37 Couloir : ce corridor est réservé à l’usage des soldats de la citadelle. Les portes renforcées de métal sont généralement fermées à clef. Voir 33 pour le passage secret.

38 : Terrasse crénelée côté cour intérieure. On peut y rencontrer un soldat (1chance sur 4).

39 : Terrasse crénelée côté bois. On peut y rencontrer un soldat (1 chance sur 4).

40 : Couloir : ce long corridor en deux parties est réservé à l’usage des soldats de la citadelle. Meurtrières et une torchère dans chaque portion. Des escaliers montent vers l’étage supérieur (cf. 48). Des rateliers supportent 3 arbalètes lourdes, 3 arcs longs, carquois, flèches et carreaux, 10 javelots et 3 hallebardes.

41 : Terrasse crénelée côté cour intérieure. On peut y rencontrer un soldat (1chance sur 4).

42 Palier (quartier des invités) : Tentures sur les murs, deux torchères, escaliers descendant en 26, portes en bois.

43-44 Chambres des invités (4) : elles se ferment à clef mais le seigneur en a les doubles… C’est ici que seront logés les aventuriers. Dans chaque pièce : deux lits simples (voir plus si nécessaire) ou un seul en 44, une table de chevet, tapis et tentures, pot de chambre, chaises, tabouret, commode et bassine d’eau, malle ou placard, chandelles, lampe à huile. A noter l’absence d’ouverture sur l’extérieur.

45 Quartiers des courtisanes (cf. 46 et 47) : salon coquet : tapis et tapisseries érotiques, parfum ambiant, divan et sièges, table basse avec de l’eau, du vin, des fruits et des sucreries, petit âtre, commode avec chandeliers et glace. Ici vivent les quatre courtisanes de la cour du baron, Siliane la brune aguicheuse, Navélia la petite rousse, Lorgane la discrète et Dréliane la sulfureuse, des femmes redoutablement séduisantes dont la vertu n’est plus qu’un lointain souvenir de jeunesse. Elles vendent leurs charmes aux puissants qui peuvent se payer leurs services.

46 Chambre de Siliane et Navélia : tapis et tapisseries, deux lits, une table de toilette avec savons, parfums, poudres et maquillage, peignes et brosses, glace, commode et placard, malle, chandelles, lampe à huile…

Siliane la brune attire l’attention par ses tenues très révélatrices dont elle use à dessein. Redoutablement belle et intelligente, cette séductrice professionnelle a su enjôler le terrible Zaratus qui en est tombé amoureux fou. Elle ne recherche que le profit et se moque des dissensions qui règnent entre les membres de la cour dont elle méprise la plupart, y compris Zaratus (ce que bien entendu elle se garde bien de dévoiler). Elle pourrait se révéler un allié de choix pour les aventuriers si elle estime que le jeu en vaut la chandelle (à savoir : elle pourrait   y gagner beaucoup). Siliane n’est pas originaire d’Ulgubre mais vient de Fortune, où elle a fait ses armes dans les bouges des bas quartiers et dont elle s’est enfuie pour suivre un marchand jusque dans la baronnie… Au moins elle sait qu’ici il y a peu de chance qu’on vienne la retrouver. La seule personne pour laquelle elle éprouve une sincère affection ets le vieux barde Jiarold qui lui rappelle un être cher de son enfance, ce qui exaspère Zaratus devenu très jaloux.

Navélia est plutôt potelée et rousse, avec moult tâches de rousseur (l’inverse de Siliane). Un peu bête mais aux formes généreuses et au visage engageant, elle n’est pas du genre à faire la fine bouche. Quasiment tous les mâles de la citadelle ont pu bénéficier un jour de ses faveurs.

Siliane femme houri niv 3 (ensorceleuse), 30 ans,  In : 15, Dx : 17, Ch : 16, Beauté : 17, PV : 9, CA : 7, Att : longue épingle effilée (qui retient ses cheveux), pouvoir : séduction, se cacher dans l’ombre, Al : CN, Sorts : langue de vipère, baiser de réveil, charme personne, ventriloquie, baiser de blessure. Elle porte un collier d’argent forgé (200 po), 2 bracelets du même matériau (100 po chaque), une bague surmontée d’une ambre (170 po), des boucles d’oreille en or (75 po chaque). Siliane porte des tenues très osées, qui mettent en valeur les formes de son corps magnifique (robe à décolleté plongeant, voiles diaphanes, bas…). Son petit grimoire est rangé dans une boîte dont elle a la clef avec un philtre d’amour, 15 pp, 30 po et plusieurs pierres précieuses (12x50 po) ; la boîte est dans la malle.

Navélia, humaine (20 ans), Ch : 15, Beauté : 16. Elle porte des bijoux de même valeur que ceux de Siliane, et possède aussi une bourse cachée sous son lit contenant 5 pp et 15 po.

47 Chambre de Lorgane et Dréliane  (pièce similaire à 46) :

Bien qu’elle offre ses services de « compagnie », Lorgane reste avant tout discrète et s’habille sans ostentation. Elle est l’amante du bouffon Nitoubal. Personne n’est au courant de leur relation au sein de la citadelle. Même si Dréliane sa compagne de chambre se doute de quelque chose, celle-ci n’a jamais réussie à découvrir de quoi il en retournait.

Dréliane est une grande blonde aguicheuse et prétentieuse, qui a une forte propension à se mêler de ce qu’il ne la regarde pas. Ainsi elle n’hésite pas à soutirer les confidences de ses amants en se jouant de leurs désirs et faiblesses. En réalité elle est l’espionne de la dame Thiberge, la baronne d’Ulgubre.

Lorgane : humaine (25 ans) voleuse niv 2 (pied feutré), In : 15, Dx : 16, Ch : 14, beauté : 15, PV : 10, CA : 7 (anneau de protection +1) ,Att : couteau +1 (dissimulé sous sa robe le long d’un bas), Al : N.  Elle porte des bijoux équivalents en valeur à ceux de Siliane et possède en plus une jaspe (50 po) et 10 pp et 10 po et des outils de voleur dans un coffret fermé à clef. 

Dréliane : humaine (28 ans) In : 13, Ch : 17, beauté : 16, Al : NM. Elle porte des bijoux équivalents en valeur à ceux de Siliane Elle dissimule une bourse de 12 pp et 10 po ainsi qu’une dague avec fourreau.

 

Niveau 4 (Terrasse et donjon)

48 Tour et large terrasse crénelée : les escaliers aboutissent dans une tour contenant une torchère, plusieurs dizaines de lances à baliste, des tonnelets d’huile, des torches, un chaudron sur un foyer vide, du bois, un râtelier supportant 2 arcs longs, des carquois et flèches et 3 épées longues. 2 boucliers sont fixés au mur. La porte débouche sur une vaste terrasse crénelée dominant l’ensemble de la forteresse à l’exception du donjon, où se trouvent deux balistes abritées par des bâches et des tas de pierres destinées à servir de projectiles. En haut de la toiture de la tour flotte le drapeau de la baronnie (larme d’or sur champ de sable).

49 Palier : tapis et tapisseries, escaliers de pierre (descendent vers 33 et montent en 56), torchère. Un garde se trouve en général ici, près de la porte des appartements du baron.

50-51 Débarras, réserves.

52 Quartiers du maître Zaratus (fermés à clef). Salle luxueuse : un âtre, tapis et tapisseries, un brasero rempli de charbons, une table de travail avec siège rembourré, qui supporte un globe de verre de lumière éternelle recouvert d’un tissu pour en atténuer la luminosité, de l’encre, des plumes et des parchemins vierges ou couverts d’écritures. Des étagères sont remplies de fioles vides ou pleines, de poudres et d’ingrédients, des pipettes, des tubes à essai, des burettes, un crâne humain, des pinces un entonnoir, un creuset, de la craie, une balance et des poids, un sablier, des lentilles, des carafes, une boîte contenant une paire de gants blancs en peau humaine, des livres sur l’art illusionniste, sur les orques et sur le culte du dieu orque Yurtrus que Zaratus vénère… Un alambic est disposé contre un mur. Un petit meuble avec glace. Un placard fermé à clef renferme des vêtements noirs de voyage dont une cape avec capuche et une paire de bottes d’équitation, deux dagues en argent et fourreaux, ainsi que dans un grand sac en cuir l’équipement du sieur Girfond que Graaque le chaman orque lui a remis : couverture, corde, briquet, vêtements bourgeois déchirés et tachés de sang, un chapeau, une cape brune, une bourse vide, un heaume, une épée bâtarde +1 sur laquelle est gravée Girfond en elfe haut, son fourreau, un bouclier petit +1, une hache, et une cotte de mailles elfique.

Sa chambre plus petite contient un lit à baldaquin, tapis et tapisseries, lampe à huile, table de chevet avec son grimoire et une loupe, un placard avec penderie : vêtements et robes noires dont une brodée des mains blanches de Yurtrus, chapeau conique. Une cassette métallique et fermée à clef contient une potion d’huile glissante, 100 pp, 200 po et 10 zircons de 60 po pièce.

Maître Zaratus le manipulateur, illusionniste niv 4, In : 18, Dx : 17, Co : 15, PV : 18, CA : 2 (bracelets de défense CA 5, Dx), Al : NM (dieu Yurtrus), Att : dague +3 et fourreau, Sorts : lecture de la magie illusionniste, hypnotisme, armure de fantôme, changement d’apparence, orbe chromatique, détection de l’invisibilité, motif hypnotique, nappe de brouillard. Il porte un anneau de télékinésie (1000 po de poids max), un étui en ivoire renfermant un parchemin de sorts : image-miroir, cécité, invisibilité et trouble, ainsi que les clefs de sa chambre, de ses affaires et celle de la grille du caveau (79). En public il est revêtu d’une robe grise, d’un chapeau conique de même couleur, et d’une paire de gants noirs. Il porte une chaînette d’argent (200 po), une broche d’or ouvré sur sa robe (300 po), et une boucle d’oreille de jade (500 po). Zaratus est un homme de taille moyenne, trapu et svelte, doté d’une petite barbe pointue et d’une fine moustache. Ses cheveux sont bruns et ses yeux perçants d’un noir profond inquiétant et envoûtant à la fois. Son regard est terrible et inspire la crainte. Peut-être est-ce lui désormais le véritable maître d’Ulgubre. Son point faible, il est amoureux de Siliane la houri.

Les manipulations de Zaratus : Zaratus le terrible a du fuir la Côte Scintillante en raison de ses mauvaises actions. Il trouva refuge à la baronnie d’Ulgubre, où il fut accueilli par le baron Richard auquel il dissimula son sombre passé. Très vite il se lia avec son frère Conrad, par connivence d’intérêt et par l’ambition du pouvoir. Ils rallièrent à eux le clerc Mofdis en éliminant sournoisement le grand prêtre de la citadelle (Nélian) avant que ce dernier soupçonnant les mauvaises intentions de Zaratus ne révèle au baron Richard la vérité grâce à l’utilisation de sorts de détection (détection du mal, des mensonges…) : Zaratus l’empoisonna, mais pour tous le monde le grand prêtre déjà fort âgé mourut de maladie après plusieurs jours d’alitement. A la mort du grand prêtre Mofdis quitta l’église de Sombreval pour rejoindre la citadelle pour le remplacer. Richard ne se douta de rien et certainement pas du piège que les trois conjurés menés par Zaratus lui tendirent : l’illusionniste lui lança un sortilège pendant son sommeil dont un vieux sorcier dépravé lui avait appris la formule avant de mourir : le baron tomba dans une profonde catalepsie. Chacun crut à une mort naturelle, et le baron fut officiellement placé dans la crypte, le caveau de ses aïeux, avant d’être transporté clandestinement dans une salle secrète située derrière la chapelle de la crypte (car Richard plongé dans un état cataleptique magique est toujours vivant !). Son corps a été remplacé dans la crypte par un cadavre sur lequel Zaratus a jeté un sort d’illusion permanente afin de parer à toute découverte intempestive. Alors, au mépris d’une des lois de Gauvain de Goth proclamant l’hérédité au titre de baron par le premier fils, Conrad s’autoproclama baron d’Ulgubre, au détriment du fils de Richard, Geoffroy, et fut béni dans la chapelle par le clerc Mofdis. Une servante malheureuse qui surprit par hasard une conversation des trois hommes (Conrad, Zaratus et Mofdis), fut emprisonnée et accusée de sorcellerie : elle fut brûlée sur la place du village de Sombreval. Zaratus devint le premier conseiller de Conrad, et avec son accord recruta des mercenaires pour renforcer le pouvoir du baron (et surtout le sien) et leur main mise sur la baronnie afin de dissuader toute tentative de rébellion. Il nomma Korgius intendant et régisseur d’Ulgubre, et Pirgés à intendant de Sombreval. Avec ses nouveaux sbires, il travaille à surveiller les habitants et à éliminer les sceptiques et les éventuels opposants. Ils font régner un climat de peur dans la baronnie. Zaratus fit ensuite venir secrètement une bande d’orques menée par un puissant chaman de Yurtrus dont il est lui-même un fidèle afin de s’assurer du contrôle des bois. C’est grâce aux orques menés par Graaque qu’il réussit à éliminer discrètement le sieur Girfond, considérée comme trop gênant et dangereux, alors que celui-ci ayant quitté la baronnie s’en retournait à Sombreval pour y retrouver ses amis. Dernièrement, ses mercenaires emprisonnèrent un paladin venu de la Côte Scintillante, à la recherche de Zaratus en personne pour le châtier de ses crimes passés. Par le biais de Conrad il le fit pendre au gibet de Sombreval…

La nuit, il n’est pas rare que Mofdis, Conrad et Zaratus se rendent dans la salle secrète, derrière la chapelle familiale, pour discuter et contempler le corps agonisant de Richard.

53 Entrée des quartiers du baron Conrad et de sa femme Thiberge : tapis et tapisseries, lampe à huile, parfum agréable. Portes vernies fermées à clef.

54 Appartements de Thiberge, la femme de Conrad. Il se compose d’un salon, d’une chambre et derrière une salle de bain. Petit salon : tapis et tapisseries, sofa, table basse avec liqueurs et verres de cristal, sucreries et fruits, carafe de vin. Petit meuble avec chandelier et bougies, bibelots. Une gravure représente trois saltimbanques jouant devant une noble dame (inscription : duchesse de Gordal, Côte Scintillante). Chambre : lit à baldaquin et étoffes de soie pourpre, tapis et tapisseries, commode avec glace et affaires de toilettes, grand miroir et siège rembourré, pot de chambre, placard et penderie avec robes et vêtements de cour, boîte à bijoux (qu’elle porte sur elle la journée), bourse de 20 po. Salle de bain avec baignoire, meuble de toilette avec glace, serviettes, savons, parfums…

Thiberge, baronne d’Ulgubre, femme (37 ans), Al : CN, In : 14, Beauté : 7, PV : 3. Thiberge est laide et grosse. Elle est aussi perfide et maligne que son mari. Elle est de surcroît ambitieuse, et exerce ses fonctions avec arrogance, n’hésitant pas à s’entourer d’espions (cf. Dréliane la courtisane). Elle est jalouse que Conrad attache tant d’importance et d’estime au maître Zaratus et au clerc Mofdis. Son tempérament belliqueux fait qu’elle se trouve souvent en conflit avec son mari. Elle ne connaît pas la vérité sur la disparition de Richard, mais elle se doute que la mort de ce dernier n’est point naturelle. Elle haït dame Béatrice, la veuve de Richard. Elle porte avec exubérance énormément de bijoux sur elle, pour une valeur totale de 1500 po !

55 Appartements du baron Conrad : Salon et chambre. Salon : tapis et tapisseries, divan, siège rembourré, brasero, petite table avec bouteilles de vin et liqueurs, verres de cristal sur un petit meuble, lampe à huile, fruits et sucreries. Deux épées longues dans leur fourreau sont accrochées à l’un des murs, ainsi qu’une tête de cerf empaillée. La chambre est en deux parties, recouvertes de tapis et de tapisseries : une partie principale avec un bureau contenant de quoi écrire, une lampe à huile, des parchemins de comptes (impôts) et des rapports de Zaratus ou de Korgius, un siège rembourré, un chandelier, un meuble de toilette avec un miroir, une bassine, des savons, poudres, parfums et serviettes, un pot de chambre, un placard contenant ses armes : une cotte de mailles +1 avec un grand heaume, un tabard de sable à bandes d’or (noir à diagonales jaunes), brodé au centre du blason des seigneurs de Goth : la larme d’or sur champ de sable, un grand bouclier portant les mêmes armoiries, une épée bâtarde à la garde gravée du blason et son fourreau , des étriers en argent (75 po pièce), des vêtements d’équitation, une penderie contenant de nombreux vêtements précieux de noble, des capes et des manteaux… La seconde partie contient son lit à baldaquin, une table de chevet avec lampe à huile. Sous son lit se trouvent deux coffres fermés à clef. Le premier à l’intérieur doublé de soie renferme 3 fioles de poison type B ingéstif, 4 péridots (500 po pièce), deux dagues en argent et leur fourreau, 2 fioles de poison type B insinuatif. Le second coffre (le plus gros) contient le trésor du baron, issu principalement de la collecte des impôts : : 250 pp, 700 po, 630 pe, 1520 pa et 975 pc, des joyaux pour un montant total de 3000 po. Son arc +1 est accroché au mur ainsi que son carquois contenant 10 flèches +1 et 10 flèches en argent, ainsi qu’un sac dévoreur (qu’il chérit).

Conrad, baron d’Ulgubre : humain (39 ans), guerrier niv 5 (spadassin), Fo : 16, In : 13, Dx : 16, Ch : 16, CA : 8 (sans armure) ou 1 (cottes+1, bouclier, Dx), PV : 39, Al : NM (dieu : Istus). Il porte en permanence une épée large +1/+2 contre les lanceurs de sorts et les créatures enchantées, un anneau de résistance au feu, un sac à malice type 6-8, ainsi que les clefs de ses appartements et de la crypte familiale (cf. 79). Vêtements de cour, bijoux pour une valeur de 1000 po (bague : 300 po, collier : 400 po, bracelet : 300 po).

Conrad est vantard, espiègle et précieux. Il détestait son frère aîné Richard, il exécrait sa droiture et sa bonté, mais surtout, il était jaloux de son autorité. La venue opportune de Zaratus lui permit de se venger et d’assouvir ses ambitions (cf. 52). Jouissant désormais du pouvoir, il se laisse même aller à délaisser sa vilaine femme Thiberge pour se vautrer dans les bras d’une ou plusieurs courtisanes, pour la plus grande exaspération de son laideron. Bien qu’il ait pu mettre la main sur les réserves pécuniaires de la baronnie, il soupçonne qu’il subsiste encore quelque part la part la plus importante du trésor des ses aïeux. Mais de cela il ne souhaite même pas en parler à Zaratus ou à Mofdis. On dit de lui qu’il est bon archer. Mais plus couramment Conrad symbolise la décadence d’Ulgubre, sa dépravation et son humiliation. Conrad offrira l’hospitalité aux aventuriers et tentera de les subjuguer par son faste, son charisme indéniable, et ses traits d’esprit bien souvent ironiques. Ceux-ci pourront être charmés, ou dégoûtés… Il les recevra dans la salle d’audience du rez-de-chaussée, entouré de sa cour. Il leur proposera le gîte et les conviera à un banquet. Pour le reste, l’histoire n’est pas encore écrite.

  

Niveau 5 (dernier étage du donjon)

56 Palier du quatrième et dernier étage : tapis, tapisseries, tenture représentant le blason des seigneurs de Goth, brasero à charbon.

57 Appartement de la dame Béatrice, la veuve du baron Richard de Goth. Ces lieux sont similaires à ceux du niveau inférieur : tapis et tapisseries, salon avec âtre, chambre avec lit à baldaquin, salle de bains…

Dame Béatrice : femme (40 ans, 1,70 m), Ch : 15, Beauté : 16, Al : N. Elle porte des vêtements moins coquets et des bijoux plus discrets que ceux de sa belle-sœur ou des autres femmes de la cour, mais son port est altier, son visage noble et beau. Béatrice aimait son mari. Elle ne croît pas à la mort naturelle de ce dernier. Elle suspecte ou du moins croît savoir qui en sont les assassins comme elle les qualifie. Mais elle n’a pas de preuve ni d’adversaire à leur opposer. Elle est devenue en quelque sorte prisonnière de cette citadelle dont elle était autrefois la suzeraine, à l’instar de son fils. Chaque jour elle subit la présence de ceux qui profitent des biens de son mari, et accumule rancœur et tristesse. Elle est la dernière à oser s’opposer à Conrad ouvertement, et n’hésite pas à tenir tête aux félons. Elle aimerait protéger son fils Geoffroy (qui aurait du normalement succéder à son père), sa fiancée Adélaïde, et son vieil oncle Gerbert, mais elle ne sait plus trop quoi faire. Elle peut encore compter sur le scribe Loutians ou le vieux barde Jiarold, des fidèles de Richard, mais c’est à peu près tout. En dernier recours et en désespoir de cause, elle espère pouvoir profiter du départ des elfes de la tour de Val pour quitter avec ses proches la baronnie sous leur protection. Béatrice sait que Conrad n’a pas découvert le trésor des seigneurs de Goth. Pourtant elle sait que ce trésor existe, qu’il est là quelque part « pour sauver la baronnie d’Ulgubre » comme lui disait son mari. Elle espère bien le trouver avant les félons (peut-être avec l’aide d’aventuriers ?).

58 Appartement de Richard de Goth : Ils sont habités par son fils Geoffroy, suite à son expulsion de ces anciens appartements occupés par Zaratus. Salon et chambre avec bureau (voir les autres appartements). Geoffroy est la fiancée d’Adélaïde qu’il aime. Il sait que son oncle l’a floué de son héritage, il voit comme sa mère souffre et connaît ceux qui profitent de son fief… Sa colère est grande, mais jusqu’ici il a su la contenir, sachant qu’il n’a pas l’avantage du nombre pour lui.

Geoffroy de Goth : humain (18 ans) guerrier niv 2 (le capitaine Hugues est son maître d’armes), Fo : 17, Co : 15, Beauté : 16, PV : 18, CA : 4 (cotte de mailles et grand bouclier, heaume), Att : épée longue +1 et fourreau aux armes de la baronnie, Al : NB, tabard aux armes de la baronnie.

59 Salle de travail des seigneurs de Goth : depuis que Richard est mort cette salle poussiéreuse est inoccupée et fermée à clef. Tapis et tapisseries, brasero éteint, torchère vide, bureau jonché de parchemins (papiers divers, ordonnances au sceau du baron…), siège rembourré. Un mannequin est revêtu d’une armure de plates pleines et d’un heaume (magique de lecture de la magie et des langues) qui appartenaient autrefois à Gauvain de Goth. Un tableau représente Gauvain au combat, revêtu de la même armure. 3 boucliers aux armes de la baronnie sont fixés au mur : deux petits et un grand, ainsi qu’un oriflamme de sable à bandes d’or. Un râtelier supporte un espadon, 2 épées bâtardes et 4 épées larges, toutes marquées du blason des Goth.

60 Salle secrète (ancienne salle au trésor de la baronnie) : cette pièce est vide. Seules subsistent des tentures poussiéreuses sur les murs et des torchères vides. Conrad a enlevé les coffres contenant les finances de la baronnie. Pourtant une cavité secrète n’a pas été découverte, qui s’ouvre en déplaçant légèrement une pierre du mur du fond, et qui recèle le véritable trésor d’Ulgubre, connu seulement de Richard et de ses prédécesseurs :  elle contient une cassette de métal remplie de 200 pp, 3 rubis (5000 po pièce) et une bourse magique de Bucknard type 2 pleine de pièces platines et accompagnée d’un parchemin sur lequel est écrit « Cette bourse, fruit de mon domaine, est la source qui sauvera Ulgubre de la misère. Pour les barons qui me succèderont sachez que cette bourse qui doit rester un secret ne doit jamais se retrouver vide, sous peine d’en tarir définitivement la source » Signé Gauvain, baron d’Ulgubre et seigneur de Goth. Caché dans l’interstice de deux pierres, dans la cavité, se trouve encore un tube en fer contenant un très vieux parchemin sur lequel est inscrit le sortilège suivant : destruction des sortilèges et des enchantements (écrit par un magicien niv 20 et offert à Gauvain). Ce sortilège est capable de libérer Richard de la malédiction lancée par Zaratus.

  

Niveau -1 (Souterrains de la citadelle)

61 Escaliers : Ils sont empruntés généralement par le personnel et les soldats de la citadelle. Ils accèdent aux rez-de-chaussée des tours (cf. 2). Le passage est dallé, la pierre est froide. Torchères et torches.

62 Réserves : torches, tonnelets d’huile, cordes, couvertures, chiffons…

63 Réserves :  bois et charbons

64 Réserves : outils et ustensiles divers sont entreposés ici.

65 Réserves : foins, avoine et autres, destinés essentiellement aux écuries.

66 Caves : 11 gros tonneaux contenant du vin, de la bière et un de rhum.

67 Réserves : céréales (sacs de blé et d’orge) mais aussi des tonnelets d’eau de vie et de cognac.

68 Salle de repos et cantine des serviteurs et des mercenaires de la citadelle : petite fontaine et bassin, âtre et cheminée, torchères, tables et bancs, vaisselle en terre cuite…

69 Cuisines : grande cheminée, plan de travail, tonnelets, vaisselle et ustensiles de cuisine, marmites, nourriture, four à pain…

70 Réserves de nourriture.

71 Quartiers du personnel de la citadelle : des cellules froides et vétustes avec du mobilier simple.

a-b : chambres des écuyers (ce sont les mieux logés avec les maîtres cuisiniers)

Ecuyers (2) : HN, Dx : 15, PV : 4-5, CA : 9, Att : épée courte ou couteau, 1-6 pe et 1-20 pa chacun, bottes d’équitation.

c : couche vide

d-e : chambres des maîtres cuisiniers

Maîtres cuisiniers (2) : HN, PV : 3-4, Att : hachoir, Al : N, 1-6 pe et 1-20 pa chacun.

f : quartier des apprentis cuisiniers.

Apprentis cuisiniers (4) : HN, PV : 2-6, Att : couteau de cuisine, Al : N, NB ou NM pour l’un d’entre eux, 1-4 pa et 1-20 pc chacun.

g : chambre des valais (ce sont les mieux vêtus avec leurs livrée noire à bandes jaunes)

Valais (2) : HN, PV : 5 chacun, Att : dague, Al : LN, 1-4 pe et 1-12 pa chaque

h-i : chambres des servantes et femmes de chambre

Servantes (4) : femmes, Al : LN-N-NB-NM. Celle d’alignement neutre est jeune et mignonne (beauté : 15), les autres sont laides et grosses. 1-2 pe et 1-6 pa chaque.

La sorcière brûlée était l’une d’entre-elles, une pauvresse timide et renfermée. Elles ne comprennent toujours pas ce qui a bien pu se passer. Mais la peur de subir un sort similaire fait qu’elles n’osent à peine en parler.

72 Quartiers des mercenaires : salle d’entraînement : 4 boucliers ronds, 5 arbalètes légères  aux murs, râteliers supportant 10 voulges, 2 haches d’armes, 6 épées courtes. 2 loricas sont accrochés à des mannequins avec leur casque. Torchères et torches.

a-b-c : couches des mercenaires (4 par pièce) : lits superposés, table, chaises, effets personnels.

Mercenaires (12) dirigés par Korgius et Zaratus : HN, CA : 6 (lorica), PV : 5 à 7, Att : voulge, arbalète légère ou épée courte, Al : LM. Ils portent un casque, une tunique rouge avec un écusson noir brodé au centre. Bourse : 1-4 po, 1-6 pe et 1-12 pa chacun.

d : chambre du sergent : lit et bureau qui lui sert à l’écriture des rapports.

Sergent des mercenaires : guerrier niv 2, Fo : 16, Co : 15, CA : 5 (cotte de mailles et casque), PV : 18, Att : épée longue ou arbalète lourde, Al : N, tunique identique à celle des soldats, bourse avec 12 po, 20 pe, 12 pa.

73 Pressoir : c’est ici que l’on fabrique la bière et le vin : pressoirs et cuves, bouteilles de vin et barriques, paniers…

74 Intersection en « T » marquée par deux arches sur les clefs de voûtes desquelles sont gravées les armes de la baronnie. L’escalier monte en 10. Torchère et torche. Un passage secret connu seulement des membres de la famille de Goth permet de déboucher en pleine forêt, à plusieurs dizaines de mètres de la citadelle.

75 Quartier du dresseur : salle (table, chaise…) donnant sur une chambre (fermée par une porte) et sur la cellule d’un lion des montagnes (grille cadenassée).

Dresseur : HN, Fo : 18, PV : 7, Att : bâton, Al : N, bourse : 1-6 pp, 1-6 po, 1-12 pe

Lion des montagnes : DV : 3+1, CA : 6, PV : 20, Att : 3, Dg : 1-3/1-3/1-6, pattes arrières : 1-4/1-4, surpris uniquement sur un 1, Al : N.

76 Ancienne fontaine et bassin vide, torchère.

77 Quartiers des geôliers, deux brutes épaisses qui aiment leur métier… Généralement un mercenaire monte la garde ici, tandis que les geôliers officient dans la salle de torture.

Geôliers (2) : humains guerriers niv 1, Fo : 17, Co : 16, PV : 12 chacun, Att : bâton, épée longue… Al : NM, 1-10 po et 1-20 pe dans leurs effets personnels.

78 Salle de torture comportant une quantité variée d’accessoires… Plusieurs cellules l’encadrent, fermées par des portes de chênes avec judas ou bien par une grille, ainsi que deux oubliettes (vides). Il y a deux prisonniers dans les cellules : Adam le fils du berger Eurixos, arrêté pour s’être battu avec un mercenaire (il a été bastonné par les soldats et un peu torturé mais il reste valide malgré sa captivité), ainsi que Bill le petite gens qui a été plusieurs fois soumis à la question et qui gît sur sa paillasse en piteux état.

Adam, HN, CA : 10, PV : 4/5, Al : N.

Bill, petite gens, CA : 7, PV : 2/7, Al : LB.

79 Grille massive à serrure bien huilée (2 crochetages réussis sont nécessaires pour l’ouvrir).

80 Arche débouchant dans une pièce vide, avec aux murs des boucliers aux armes de la baronnie, et contre un mur une table avec trois chandeliers posés dessus. Au fond deux escaliers descendent vers la chapelle.

81 Chapelle des seigneurs de Goth : tentures noires et jaunes, dalles de marbre au sol, quelques bancs de prière, des torchères. Deux statues de taille humaine représentent la déesse Istus (noble dame) de part et d’autre d’un large autel contre le mur du fond ainsi que deux braseros à encens. Un bénitier plein (d’eau maudite par le clerc Mofdis) est encastré dans la portion de mur situé entre les deux escaliers. L’autel est recouvert d’une étoffe blanche, de deux chandeliers, d’une flûte en bois, d’un chapelet et d’une aiguille à fils d’or. Un pupitre avec un livre de prière ouvert, et des blocs d’encens dans une vasque se trouvent à côté. Le passage secret dissimulé derrière l’autel et les tentures n’est connu que des trois félons Conrad, Zaratus et Mofdis.

82 Salle secrète : c’est ici que les félons ont caché le baron Richard. Il n’y a qu’un lit recouvert d’un drap entourant un homme nu qui devait être robuste mais qui est désormais amaigri et immobile, au souffle et aux battements de cœur imperceptibles. Son corps est nimbé d’une aura noirâtre maléfique. Seul le parchemin de la cavité secrète de la salle du trésor (cf. 60) est susceptible de le délivrer de la malédiction de Zaratus et de le ranimer (une autre possibilité est le lancement d’un sort de désenvoûtement par un lanceur de sort de niv 20 minimum…).

Richard de Goth, humain (45 ans ) guerrier niv 6, Fo : 16, Sg : 15, Co : 16, Ch : 14, PV : 55, Al : NB (dieu : Istus).

83 Pièce macabre à l’odeur abominable : elle contient une table avec un symbole maudit de clerc, une bassine d’eau maudite, un crâne humain, trois dagues de sacrifice, une éponge, des chiffons et une bassine souillée de sang séché. Une boîte posée sur la table renferme un cœur et une cervelle humaine en décomposition. Un grand seau contient des ossements humains et des organes putréfiés.  Ici il arrive à Zaratus et Mofdis de se retrouver pour se livrer à des expériences épouvantables.

84 Caveau des seigneurs de Goth : On y accède par une double porte massive renforcée de métal qui s’ouvre sur la chapelle. Les torchères de cette crypte sont généralement vides. L’endroit est lugubre et sent le renfermé. Au centre, un bassin d’eau croupie. Tout autour des alcôves. Au-dessus de chacune est gravé dans la pierre le blason de la baronnie. Les premières alcôves sont vides. Celles du fond sont occupés par des sarcophage en pierre avec sur le dessus un gisant représentant le défunt. Les inscriptions gravées sur les cercueils permettent d’identifier les occupants : Gauvain le fondateur de la baronnie, son épouse Valentine, le baron Jean et son épouse, enfin Richard de Goth. Plus loin les grands serviteurs de la baronnie ont aussi leurs sépultures : les grands prêtres Ediarond et Nélian, le champion Vergorix capitaine de la garde et compagnon du baron Gauvain, Eglian le maître magicien fondateur de la guilde de magie d’Ulgubre…

S’il prend l’envie aux aventuriers de profaner quelques tombes en soulevant le couvercle des sarcophages, ces derniers trouveront des ossements encore recouverts de beaux habits d’apparat en train de se décomposer. Les guerriers sont revêtus d’armures rouillées et ont une épée à leur côté. On peut trouver des bijoux dans les sarcophages des femmes, et puis ici et là quelques objets magiques à déterminer. Le corps occupant le cercueil de Richard est dans un état de décomposition avancé : il ne pourra guère être identifié. Par contre il est revêtu de l’armure de plates +1 du baron, et détient son épée longue +2.

Retour vers le haut