L'enquête du sieur Girfond

L’aventure pourrait commencer dans les rues de Fortune, l’une des cités turbulentes de la Côte Scintillante. Les aventuriers répondent à l’appel d’un certain Théodore, un homme affable qui se dit le fidèle serviteur d’un nobliau portant le patronyme de Raoul Girfond, « Sieur Girfond » comme il le nomme avec déférence. Son maître a disparu depuis plusieurs mois. Théodore souhaite les engager pour qu’ils partent à sa recherche.

« Quand il est repartit pour la baronnie d’Ulgubre, il y a déjà plus de deux longs mois, il était étrangement mystérieux, comme si son premier voyage l’avait profondément marqué. Je ne l’ai plus revu depuis. Je sais que vous êtes en quête d’espèces sonnantes et trébuchantes, aussi je vous propose le marché suivant : partez à la recherche de mon maître et découvrez ce qui lui est arrivé. En échange vous recevrez six centaines de pièces d’or si vous réussissez, une centaine seulement si vous échouez. La baronnie d’Ulgubre est située à cinq jours de marche de Fortune et la route est réputée peu sûre. Alors bonne chance, valeureux. Vous me retrouverez dans la même auberge où je passe régulièrement aux alentours de midi.»

« Il existe une terre,
Autrefois visitée, maintenant ignorée,
Oùsubsiste encore une communauté.
Perdue aux milieux des forêts,
On la dit un havre de paix.
Mais de l’extérieur est venu le poison
Qui petit à petit la pourrit de mal façon.
Le brave cogneur se lamente,
La demoiselle pleure.
Car le malin fomente
Contre leur seigneur
Oh ! Istus maîtresse du temps
Chasse d’Ulgubre ce mauvais vent. »

 « J’ai vu la sorcière crier sur le bûcher et les soldats rigoler.
J’ai vu le paysan terrorisé, et le tailleur pavoiser.
Et puis j’ai vu le barde jouer et pleurer,le scribe muet mimer, et la courtisane aguicher.

Dans la nuit sombre et froide les esprits s’agitent.
Ils sont là, chimères et feux follets qui bruissent caressés par les vents.
Ils m’observent et me jugent, ils se moquent et s’amusent. »

Textes recopiés à la hâte par Girfond que son serviteur Théodore a retrouvé dans ses affaires dans sa demeure de Fortune.

Raoul Girfond est un nobliau de Fortune qui aime gaspiller son temps à l’aventure. Un ami marchand qui revenait de la baronnie d’Ulgubre le prévint un jour de l’ambiance malsaine qui y régnait, et du mystère qui y planait suite à la mort brutale du dernier baron et de son remplacement par un frère peu scrupuleux. Il n’en fallut pas plus pour aiguillonner la curiosité de Girfond qui abandonna les rues de Fortune pour partir à la découverte des forêts et des terres inconnues d’Ulgubre. Au cours de son premier voyage il rencontra la plupart des habitants du village de Sombreval, et se lia même d’amitié avec certains tels le ranger Rohm, Viviane l’ecclésiaste, Armaguys le druide et le berger Eurixos. Sa forte carrure, son visage mâture et déterminé inspirèrent même le respect aux mercenaires du nouveau baron. Néanmoins, avant de retourner à Fortune, il assista à l’exécution d’une soi-disant sorcière, une servante de la citadelle qui fut brûlée sur un bûcher dressé à la hâte sur la place du village. Pour l’occasion tous les habitants furent rassemblés par les soldats du baron. Comme eux, il entendit distinctement les dernières paroles de la malheureuse : « Le sir Richard souffre et gémit dans le lieu où il se trouve enfermé. Ayez pitié d’eux, déesse Istus. Le félon paiera pour ses crimes… » Cet évènement le décida à poursuivre ses investigations. Car même sans avoir  étudié l’histoire de la baronnie, il comprit vite que la sorcière parlait du feu baron, et que le félon devait sûrement être ce frère Conrad qui traitait ses sujets d’étrange façon en leur imposant la présence de mercenaires étrangers et en les taxant lourdement. Si la sorcière disait vrai, alors il existait une chance que le baron Richard fut encore en vie. Il rentra peu après à Fortune, dans sa demeure, et confia à son serviteur Théodore le récit de son expédition. Quelques jours plus tard il repartait déjà vers Ulgubre, bien décidé à se rendre à la citadelle pour percer le mystère. Il prit quand même le temps de laisser quelques recommandations à son serviteur pour le cas où il ne reviendrait pas. Plus tard, il fit de même à Sombreval auprès de Viviane et Rohm. Malheureusement, et comme il l’avait prévu, sa curiosité l’a finalement perdu.

Il se rendit à la citadelle où il reçut l’hospitalité du baron. Il y découvrit l’ambiance pesante de la forteresse, celle qui déteignait sur le village de Sombreval. Il enquêta, plus ou moins discrètement. Le soir où il quitta la place forte pour regagner le village, il fut assaillit par une troupe d’orques qui l’attendaient en embuscade. C’est ainsi que personne ne revit le Sieur Girfond, nouvelle victime de la baronnie d’Ulgubre.